© 2019 - Tom Frère, Préparateur Physique Football

January 30, 2017

Please reload

Posts Récents

L'utilisation de l'électro-stimulation en Football

October 13, 2018

1/5
Please reload

Posts à l'affiche

Gardiens de but : intérêts de l'imagerie motrice

January 31, 2017

L'imagerie mentale (image fixe) ou l'imagerie motrice (mouvement) se traduit par la représentation mentale d'une action sans production concomitante de mouvement.

 

En préparation mentale, l'imagerie est fréquemment utilisée pour se perfectionner (apprentissage moteur), pour se préparer tactiquement (stratégies et tactique), pour gagner en confiance et diminuer ses peurs (motivation, confiance, anxiété) et pour mieux récupérer d'une blessure (réhabilitation et réathlétisation).

 

Pour étudier l'influence de l'imagerie motrice et de l'environnement sur la précision de la relance à la main et au pied du gardien de but en football, nous avons réalisé des expériences en fonction des variables et de la matrice d'expérience suivantes :

 

 

Pour chaque expérience réalisée, 10 relances sont demandées au gardien après un échauffement stéréotypé.

 

Pour déterminer les scores de chaque expérience, nous additionnons les scores en fonction des cibles suivantes :

 

Le script d'imagerie motrice

Selon les règles du jeu de la FIFA, « Le gardien de but n'est pas autorisé à tenir le ballon dans ses mains pendant plus de 6 secondes ».

Par conséquent, dans un soucis de reproductibilité en match, l'imagerie ici proposée durera 4 secondes, les yeux ouverts (prise d'information nécessaire en match). L'imagerie visuelle et kinesthésique débutera dès lors que le gardien aura capté une balle envoyée par l'entraîneur des gardiens à mi-hauteur, sans difficulté de réception spécifique afin de ne pas induire une fatigue (perceptive et/ou physique).

 

La consigne dans le cas « absence d'imagerie » : suite à la réception du ballon, se positionner de manière optimale et réglementaire puis réaliser la relance en se focalisant uniquement sur la cible, sans pratiquer d'imagerie mentale.

 

La consigne dans le cas « imagerie » : suite à la réception du ballon, rester en position statique et se visualiser entrain de réaliser la relance avec le ballon qui arrive exactement à l'endroit désiré. En plus de se voir réaliser cette relance, ressentir tous les muscles impliqués dans le mouvement de relance, toutes les contractions et les relâchements successifs. Tous ces paramètres doivent être réalisés dans un temps de relance réaliste (temporalité réelle). Seule la relance fera l'objet de l'imagerie mentale (le déplacement initial ne le sera pas).

 

Les résultats

Après analyse statistique, il est intéressant de noter que pour les deux gardiens de but impliqués dans l'étude, les résultats sont similaires :

→ la relance à la main permet une meilleure précision que la relance au pied (fait peu novateur),

→ la pratique de l'imagerie mentale permet une meilleure précision de la relance,

→ la pratique de l'imagerie mentale permet une meilleure régularité de la précision de la relance.

 

Conclusion générale
et applications pratiques

La préparation mentale dans le football est encore peu utilisée et de nombreux entraîneurs éprouvent une certaine réticence à l'idée de mettre en place cette pratique. Il est cependant clair que la préparation mentale est utile chez le sportif et le cas de la précision de la relance pour le gardien en est un exemple concret.

 

Dans le cadre de l'entraînement, il serait donc intéressant d'associer un travail d'imagerie afin de développer les habiletés mentales et les capacités d'imagerie mentale des joueurs. Enfin, contrairement à l'idée initiale, il n'y aurait pas d'impact de l'environnement (terrain connu ou inconnu) sur la précision de la relance. Les repères ancrés par le gardien sur le terrain connu ne lui permettraient pas d'améliorer la précision des relances.

 

Bien que le nombre de sujets soit ici limité, deux gardiens répondent de manière quasi-similaire à l'étude. Cela peut nous permettre d'envisager d'instaurer un travail d'imagerie mentale avec les gardiens dans un premier temps pour créer et systématiser une routine de pré-relance mais aussi de pouvoir extrapoler ce travail avec les joueurs de champ sur des phases arrêtées (coup de pied de coin, coup-franc, penalty, touche, ..). Il faut cependant tenir compte du fait que l'imagerie mentale rajoute une charge mentale supplémentaire au gardien (déjà soumis à une charge mentale élevée en match) qui, sur le long terme, pourrait s'avérer néfaste pour la performance. Il est important de prendre cet aspect en compte et de planifier un travail d'imagerie motrice à l'entraînement pour que le gardien soit capable d'améliorer ses habiletés mentales et, qu'à plus long terme, soit capable de réaliser une telle routine durant l'intégralité du match. Pour finir, il me semble primordial d'évoquer le fait que, comme tout travail, le travail mental doit être quantifié, individualisé et être progressif.

 

Je tiens à préciser que ceci n'est pas une étude publiée et que la rigueur expérimentale (protocole, méthode, outils, statistiques, ..) de l'étude ne permet pas une publication. En effet, l'unique objectif de cette étude est d'étudier le comportement des gardiens de but sur la précision de la relance dans un contexte spécifique, en fonction de plusieurs variables, dans le but d'optimiser la performance et le travail à l'entraînement.

 

Este artículo está disponible también en versión española en este ENLACE

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-moi
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Twitter Basic Square
  • Facebook Basic Square